AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 dana ◇ 'cause your friends, they look good, but you look better

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Dana S. Andros

→ MOOD. : Dégoutée d'être dans cette ville de dérangés du bocal
→ NOMBRE DE BLABLAS : : 18
→ A PRIS GOÛT A LA VIE LE : : 21/06/2012
→ LOCALISATION : Jerrytown, tête de noeud !
MessageSujet: dana ◇ 'cause your friends, they look good, but you look better   Jeu 21 Juin - 21:11



Dana Shadown Andros


nom : Andros, Dana Shadown. Le premier qui me chante "Andros, Andros, la force du fruiiit", j'le bute, capish ? âge : 17 ans, mon poulet date et lieu de naissance : 1er octobre 1994, à Venise nationalité : Italienne, si c'est pas la classe, ça ! origines : Italiennes seulement, à ce que je sache orientation : Hétéro à 100% statut : Célibataire, mais je le vis bien occupation : En dernière année de lycée groupe : Mangue Debol, je dirais

ϟ Meet Tom.


HEY HEY TOI ! Oui toi, pas ma grand-mère ! J’me présente, je suis Tom, enfin tu dois sûrement le savoir, à part si tu es nouveau, tu es là depuis quand dis-moi ? « Je suis là que depuis quelques mois, fraichement arrivée pour la rentrée des classes, mais t'inquiète le chat, je suis déjà super connue », ouais j’me disais bien avec ta tronche de babouin constipé… OSEF ! On est ici pour faire connaissance non ? Alors tiens, racontes moi la plus grosse connerie que tu n’ai jamais faite ? « Moi un babouin constipé ? Tu t'es vu, sale matou ? Bref. Ma plus grosse connerie, c'est sûrement d'avoir révélé que ma sœur avait perdu sa virginité dans les toilettes du lycée. Et je m'en veux à mort, j'avoue. ». HAAAAAN et bah tu sais quoi ?? Tu ne m’impressionnes pas du tout, et ouais ! T’as jamais participé à une de nos interventions avec Jerry ? Un flashmob ? Une bataille de farine et d’œuf ? « Mmh non, pas vraiment mon délire, tout ça. Je suis pas tarée comme vous, hein. », ouais ouais, j’espère te voir à la prochaine ! Bon bon… Sinon, c’est quoi ton plus grand défaut ? « Défaut ? Ça fait pas partie de mon vocabulaire, désolée. Si vraiment il fallait donner une réponse, je dirais que je peux être très mauvaise, quand je le décide, et que je suis du genre hermétique aux sentiments. Certains trouvent que ça me rend antipathique et garce, mais je m'en balance un peu. », ah ouais.. Moi je dirais que tu en as plus que ça, de défauts, surtout sur le visage, ton surnom ce n’est pas calculator ? Bref, et sinon, ta plus grande qualité ? « Ah non, les boutons, je connais pas. Toi par contre... Bref. Au fond, je suis une vraie gentille, faut pas se fier aux apparences. Je suis plutôt généreuse, et j'ai un grand cœur, sérieux. J'arrive juste pas à montrer correctement aux gens que je les aime, c'est tout. », comment tu te valorises trop ! Ce n’est pas pour te casser, ou si, mais bon, t’as rien d’exceptionnel, ah si ? Et quoi donc ? « Je suis championne de rot ! Bon, ok, c'est pas super classe, mais ça en jette, quand même. Sinon, je suis une pro en couture. J'aime bien créer des fringues originales et colorées, qui changent un peu du look de princesse que je m'impose quotidiennement. », bah écoute, si tu le dis hein… Dis tu n’aurais pas vu Jerry ? Il est tout le temps en retard !! ARGH ça m’énerve ! Tu ferais quoi à ma place, l’embrocher quand il arrive ou lui sauter dans les bras ? « Oh, mais elle est chou, ta souris, laisse la un peu tranquille ! D'ailleurs, si tu lui fais du mal, j'te transformerai en pâté de chat, alors tu te calmes illico. », moi je ne ferais pas ça, en fait je ne vais rien faire parce qu’il ne va pas venir, gogole !  Bon et bien tête de bite, je vais te laisser, ce n’est pas la dernière fois qu’on se croise, je t’ai à l’œil maintenant, prend garde à tes fesses !


Citation :
ϟ in real life.

ton pseudo : eyeshadow, mais Gaëlle ça va très bien aussi ton âge :  18 ans (j'avoue que c'est la première fois que je tente un personnage plus jeune que moi, j'me sens vieille... *out*) comment as-tu découvert le forum? :  par Chatta :superman: présence :  Je dirais 5/7 histoire de me laisser un peu de marge (même si en réalité, ça tournera plutôt autour des 7/7 ^^) ton avatar :  Selena Gomez tu es :  Un scénario qui roxxe du mouton arc-en-ciel crédits : Tumblr pour les gifs de Selly ♥️ ze secret :  J'vous viole HAN OUI un dernier mot :  CHOUCROUTE PARTY ! (et à mort les oranges, d'après ce que j'ai pu comprendre)
 






Dernière édition par Dana S. Andros le Mer 27 Juin - 15:39, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Dana S. Andros

→ MOOD. : Dégoutée d'être dans cette ville de dérangés du bocal
→ NOMBRE DE BLABLAS : : 18
→ A PRIS GOÛT A LA VIE LE : : 21/06/2012
→ LOCALISATION : Jerrytown, tête de noeud !
MessageSujet: Re: dana ◇ 'cause your friends, they look good, but you look better   Jeu 21 Juin - 21:12





ϟ venise.

CHAPITRE 1 - GIRLS JUST WANT TO HAVE FUN - CYNDI LAUPER
Ma sœur Luna et moi, avions toujours été très proches. En même temps, on était jumelles, donc on avait passé toute notre vie ensemble. On nous confondait souvent, et évidemment, ça nous faisait rire. Je ne sais pas si c'est parce qu'on est jumelles, mais on se confiait tout. Ouais, mêmes les conneries qu'on peut raconter quand on a cinq ans. On s'inventait nos propres histoires, où nous étions les deux jolies princesses d'un royaume magnifique, et où deux beaux princes venaient nous sauver d'un méchant dragon. Personne ne pouvait entrer dans notre monde à nous, où jamais une avait plus que l'autre. Notre père y a toujours veillé, d'ailleurs. Il était seul à s'occuper de nous, notre mère étant morte lors de l'accouchement. Je ne l'avais jamais connue, et même si elle me manquait terriblement, je n'avais pas d'autre choix que de faire avec. Notre père nous parlait souvent d'elle, nous montrait des photos, nous racontait comment ils s'étaient rencontré, quelques anecdotes la concernant... C'était un peu comme si elle était auprès de nous, à nous regarder grandir, sans qu'on puisse la voir en retour. J'avais un papa qui m'aimait, une sœur géniale, et plein de Barbies. Il ne pouvait me manquait qu'une mère.

CHAPITRE 2 - SURVIVOR - THE DESTINY'S CHILDS
« Allez Dana, viens jouer ! » Ma sœur me tirait par le poignet, voulant me faire jouer à la balle au prisonnier avec elle et quelques enfants de notre classe, alors que j'étais bien tranquille sur le banc de la cour, et que personne ne m'avait demandé de participer. Mes pieds se balançaient dans l'air, et je regardais mes pieds, loin de la terre ferme. Vu d'ici, c'était comme si je volais. Mais bon, je n'étais pas stupide non plus, je savais très bien que j'étais assise sur un bloc de pierre, hein. En tout cas, j'étais seule, comme souvent à l'heure de la récréation. Luna venait vers moi de temps en temps, mais elle restait surtout avec ses copines, et je ne pouvais pas réellement lui en vouloir. Moi, je n'étais que la jumelle de la jolie Luna, dont on se moquait sans cesse. J'avais un appareil dentaire, le truc bien moche et bien voyant, et je devais supporter les moqueries de toute mon école. Papa disait que plus tard, j'aurais de belles dents, mais je m'en foutais pas mal. Tout ce que je voyais, c'était des gamins qui me montraient du doigt en rigolant. Quand on a huit ans, on se fiche bien de ce qu'il se passera dans une dizaine d'années. Déjà que trois jours semblent être une éternité, à cet âge, je vous parle même pas de plusieurs années. Le pire, c'était que ces mioches ne savaient pas se renouveler, question quolibets. « Eh, Dana, t'as mangé du métal au petit-déjeuner ? Il t'en reste entre les dents ! » Ah ah ah, à mourir de rire. Je n'en pouvais plus, de cette humiliation constante. Luna était toujours là pour moi, c'est vraiment super chouette d'avoir une sœur. Encore plus une jumelle, d'ailleurs. Je savais que rien ne pourrait nous séparer, pas même ces idiots qui se moquaient de moi, on était un peu le double l'une de l'autre, unie comme les deux doigts de la main. Un jour, on leur montrerait que personne ne s'attaque aux Andros, qu'on vaut mieux qu'eux tous réunis. « T'es sûre que tu veux pas venir jouer, Dana ? » « Si, je viens. Et même qu'on va gagner ! » Et nous avons gagné, ahah !

CHAPITRE 3 - MY LIFE WOULD SUCK WITHOUT YOU - KELLY CLARKSON
Plus que quelques jours, et c'était l'anniversaire de papa. Une semaine, exactement. On s'était concertées, avec Luna, et on avait décidé de faire un cadeau pire que mortel à notre papounet adoré. Il le valait bien, en tant que meilleur papa du monde ! On avait cherché longtemps, et l'évidence s'était offerte à nous, comme sur un plateau. Une guitare. Notre père en jouait de temps en temps, quand il rentrait du travail, pour se détendre. Même qu'il se débrouillait vraiment pas mal. On avait donc économisé sur notre argent de poche pour acheter cette fameuse guitare. On était allées au magasin de musique le plus près de l'école alors qu'on finissait exceptionnellement plus tôt, et on était rentrées à pieds au lieu de prendre le bus. C'était pour la bonne cause, et on ne risquait pas de se faire prendre par notre père, qui rentrait toujours beaucoup plus tard. Sauf cette fois ci. Nos regards se sont croisés, avec Luna, lorsqu'on a vu la voiture de papa garée dans l'allée. Il fallait trouver quelque chose rapidement, pour ne pas se faire prendre. Sachant qu'une guitare, c'est quand même assez volumineux, et qu'on ne peut pas se contenter de la cacher dans notre dos. « Dana ? Luna ? » Eh mince. « OUIIIIIIIIIIII » On avait crié à l'unisson, comme d'une seule et même voix. On le faisait assez souvent, donc jusque là, rien de suspect. Rapidement, je m'emparais du cadeau, et grimpais les marches de l'escalier quatre à quatre pour le cacher dans ma chambre. Le temps que papa passe du salon à l'entrée, j'avais une chance de ne pas me faire prendre. De loin, j'entendis notre père questionner Luna. « Luna ?! Elle est où ta sœur ? » Maintenant, c'était à ma sœur de jouer. « Dans sa chambre. » Papa semblait suspicieux. « Et elle ne vient même pas me dire bonjour ?! Qu'est-ce qui s'est passé ? Vous vous êtes disputées ? » J'avais eu le temps de revenir sur la pointe des pieds, et me postais en un point stratégique au milieu de l'escalier, la tête calée entre les barreaux. De là, Luna pouvait me voir, et savait que j'entendais tout. Pratique au cas où je devais confirmer l'excuse qu'elle allait inventer. « Disputées ?! Mais ça va bien dans ta tête papa ... Non, elle s'est cassé la gueule tout à l'heure et il faut qu'elle change de vêtements ... Tomber dans une flaque de boue, c'est pas top ... » Moi, tomber dans une flaque de boue ? En tout cas, c'était bien trouvé. Je levais mes pouces, pour féliciter ma sœur de sa trouvaille, qui avait l'air de fonctionner. Papa ne chercha pas plus loin. Heureusement. Au moins, la guitare, bien emballée, attendait tranquillement sous mon lit. Le jour J, soit une semaine après, nos terminions de préparer notre plan dans le salon, avec Luna. Notre père n'était pas encore rentré, et même si on faisait attention à ce qu'on ne nous entende pas, nous étions plutôt tranquilles. « T'as compris le plan, hein ? » Je savais que Luna avait bien intégré, mais au cas où, mieux valait être sûre. Un plan comme ça, ça doit être vraiment bien réglé. « Oui chef. Donc, quand papa arrive, on fait comme si de rien n'était. On a totalement zappé son anniversaire. On lui dit qu'il faut qu'il aille acheter quelque chose à manger pour ce soir parce qu'on a vidé les placards et qu'on a rien trouvé. Sur ce, il se barre et on fait rentrer tout le monde parce que le garage est étouffant quand même. Et quand il revient, genre toujours comme si ce n'était pas son anniversaire, on le bombarde de question sur sa journée tout en l'attirant au salon et là, SURPRIIIIIIIIISE et on lui file sa guitare ! » Un immense sourire s'afficha sur mon visage. Parfait ! Cependant, j'agitais les bras, comme pour faire taire ma sœur. « Cries pas comme ça espèce de folle, il pourrait rentrer n'importe quand. » Je vis Luna se taire instantanément, comme si on lui avait volé sa voix, un peu comme dans la Petite Sirène. On a ri ensemble, comme à chaque fois qu'on préparait quelque chose dans le genre. Notre père ne tarda pas à apparaitre dans l'embrasure de la porte. « Bonsoir les filles ! » Luna avait les yeux ronds comme des soucoupes. Je savais qu'elle craignait d'avoir été entendue. Je décidais donc de prendre les choses en main. « Salut papa ... Euh ... Faudrait que t’ailles faire les courses parce qu'on a rien à manger et le ventre de Luna fait des bruits trop bizarres depuis vingt minutes. » Notre père semblait surpris. C'était pas bon signe. « Vous n'auriez pas pu m'appeler avant que j'arrive, j'y serais allé directement. » Apparemment, plus de peur que de mal. Enfin, c'est ce que nous avons cru sur le coup. « Désolée ... » Ma sœur était tellement choupinette quand elle faisait cette petite bouille, que papa ne résistait jamais. « Très bien, j'y vais ... » Je continuais de faire comme si tout était parfaitement normal. Mais après avoir entendu la porte d'entrée se fermer, je me ruais sur la fenêtre, afin de vérifier qu'il était bien parti, avant de mettre la suite du plan à exécution. « Tu crois qu'il nous a ... Enfin qu'il m'a entendue ? » Je mimais un non de la tête, et tendis la main, pour faire notre super check de jumelles. Papa rentra une demie-heure plus tard, et on s'est jetées sur lui. Parfaitement normal, hein... Sans parler des question qu'on lui posait, sans même attendre la réponse. « Viens on a un truc à te montrer avec Dana ! » Les choses sérieuses commençaient. « Vous me faites peur là... » Je n'ai pas réussi à retenir mon rire. « Mais noooon, on a fait une nouvelle chorégraphie et on veut te la montrer, c'est tout. » On avait tellement l'habitude d'inventer de danser toutes les deux, que ça aurait pu être assez probable. Sauf que nous étions toutes les deux bien trop excitées pour qu'il ne s'agisse que de nouveaux pas de danse. Prenant chacune notre père par une main, nous le traînâmes (vive le français et sa conjugaison !) vers le salon, où tous les invités de notre fête surprise attendaient en silence. « SUUUURPRIIIIIISE !!! » Je courus vers ma chambre, descendant la guitare. J'ai même failli tomber dans les escaliers, pressée comme pas deux. « Joyeux anniversaire papa ! » Notre père semblait particulièrement heureux. On apprit quelques temps plus tard qu'il avait été au courant de notre petit stratagème dès le départ, mais avait mimé la surprise pour nous faire plaisir. C'était bien notre père, ça ! A l'avenir, on essaiera d'être plus discrètes... Mais c'était quand même une super fête, et c'est le principal, non ?

CHAPITRE 4 - BORN THIS WAY - LADY GAGA
J'aimais bien le collège. Enfin, pas spécialement les cours et tout ça, mais le fait d'être au collège, quoi. J'avais ma propre bande, si c'est pas la classe, quand même ! J'étais constamment avec Luna, même si elle était plus dans mon ombre qu'autre chose. Ça m'embêtait un peu pour elle, j'aurais aimé que tout le monde sache à quel point ma sœur était géniale. Moi je le savais, je le voyais. Pourquoi pas eux ? C'est vrai que Luna a toujours été la plus timide des deux, et je ne voulais pas trop la forcer à se pavaner non plus. C'était plutôt mon crédo à moi, et je pense que ça nous convenait plutôt bien à toutes les deux. Au moins, personne ne venait l'embêter, puisqu'elle était la jumelle de Dana Andros, la diva du collège. Vu de l'extérieur, ce titre honorifique semble un peu bidon, je vous l'accorde. Mais quand on a treize ans et qu'on ne voit pas plus loin que les grandes vacances de la fin d'année, être Miss Univers serait revenu un peu au même. « Andros ! Ouais, Dana, t'en as pas marre de traiter les autres comme des andouilles, là ? » Qu'est-ce qu'elle me voulait, celle là ? « Truc, j'oblige personne à m'apprécier, et si t'es jalouse, c'est pas mon problème, pigé ? Maintenant, va voir ailleurs si j'y suis, tu me gâches la vue. » « J'ai un prénom, je te signale, espèce de pimbêche ! » « Oh, et bien tant mieux pour toi, mais franchement, je ne vais même pas faire l'effort de tenter de le connaitre. Et tu sais pourquoi ? Parce que je m'en balance. Allez, dégage. » Personne ne s'attaquait à Dana Andros. Je vous accorde que j'étais loin d'être tendre avec ceux qui tentaient de me faire descendre de mon piédestal, mais ça marchait plutôt bien. Je devais rassurer mon petit groupe, apparemment. Moi-même je n'appréciais pas toujours mes pratiques, et je n'aimais pas vraiment abuser de la méchanceté gratuite. Mais après tout, j'en avais pas mal bavé au primaire, et je ne vois pas pourquoi je ne pouvais pas m'imposer un peu plus au collège. Après tout, je ne faisais rien de mal, si ? Et puis, j'aimais être traitée comme une princesse. C'était important, ça me purifiait, d'un côté. J'aimais me sentir importante, toujours avec Luna à mes côtés.

CHAPITRE 5 - COUNT ON ME - BRUNO MARS
Ma sœur sanglotait. Luna pleurait souvent, et je commençais à en avoir l'habitude, mais je sentais que cette fois-ci, c'était vraiment différent. Certainement un de ces trucs bizarres qui se passent entre jumeaux. Le genre de machins inutile sur lesquels des chercheurs planchent pendant des années au lieu de faire un truc vraiment utile comme trouver un remède au cancer ou un vaccin contre le VIH. Enfin bref. Je sentais que ma Luna allait profondément mal, je crois même que je ne l'avais jamais vue dans un état pareil. Elle avait dû s'engueuler avec son mec, ou un truc du style, non ? Après tout, ça faisait six mois qu'ils filaient le parfait amour, et je pouvais dire en connaissance de cause que ça finit toujours par clasher à un moment. « Qu'est-ce qu'il t'arrive, ma Lulu ? » Elle était allée se réfugier dans sa chambre, assisse par terre la tête entre les genoux. Naturellement, je me suis installée à côté d'elle, passant mon bras autour de ses épaules. Je pense que personne n'aime véritablement voir les autres pleurer, mais quand il s'agissait de ma sœur, les pleurs devenaient parfaitement insoutenables. Je crois que j'aurais pu dépecer à mains nues l'abruti qui avait osé la faire souffrir jusqu'à la conduire aux larmes. Quand il s'agissait de Luna, je n'avais aucune pitié envers les autres, et papa me le reprochait souvent. « J'ai fait une bien belle connerie. » Malgré les sanglots, elle avait réussi à articuler convenablement. Je savais que ça lui demandait un effort surhumain, mais elle le faisait pour moi, pour que je supporte plus facilement la situation. De mon côté, j'essayais de lui parler normalement, sans utiliser le ton doucereux qu'on emploie en général avec les gens tristes. On aurait été pathétiques, et Luna aurait détesté ça. « Qu'est-ce que t'as fait ? Ça ne peut pas être si grave, quand même... C'est sûrement réparable ? » Le petit rire nerveux de ma sœur m'indiqua que si, c'était grave, et que non, c'était pas réparable. On se comprenait sans se parler, en fait. « Tu vois Paolo ? » « Euh, ton mec ? » « Ouais. » « Et ben ? » Ma première idée devait donc sûrement être la bonne. Elle avait dû s'engueuler avec son mec, et le vivait mal. « On l'a fait. Dans les toilettes du lycée. » « Oh merde ! » C'était sorti tout seul. La vache. Dans les toilettes. Pour sa première fois, en plus. Glauque ! Intérieurement, je priais pour que personne ne l'apprenne. Connaissant les mauvaises langues du lycée, en faisant moi-même parfois partie, je savais que tout le monde allait rendre la vie impossible à Luna. « Comme tu dis. J'ai vraiment été trop conne. » Mieux valait ne rien ajouter. J'étais partagée entre l'idée de partir illico casser la tronche du mec de ma sœur, et rester là avec elle jusqu'à ce qu'elle finisse par sécher ses larmes. Inutile de préciser que j'ai choisi la deuxième option. Ma Luna passait avant tout. Mais l'autre salaud de perdait rien pour attendre.

CHAPITRE 6 - RUMOR HAS IT - ADELE
Première fois que j'allais dans le bureau du principal. J'avais toujours été une bonne élève, qui se faisait remarquer certes, mais qui avait toujours de bonnes notes et à qui personne ne cherchait des noises. Luna était assise sur la chaise à côté de moi, recroquevillée sur elle-même. Depuis la perte de sa virginité, ma Lulu n'était plus du tout la même. Je ne la reconnaissais plus. Et pourtant, avant, nous étions pire que des sœurs ou même des meilleures amies. M'enlever ma jumelle, c'était un peu comme m'arracher un poumon. J'aurais pu survivre, mais avec difficulté et dans d'atroces souffrances. Et c'était un peu ce qu'il s'était passé, en fait. Je savais que ça allait être long, avant qu'elle se reconstruise, et qu'elle passe à autre chose, vu qu'elle ne parviendrait jamais à oublier. Et son connard de mec qui l'avait plaquée deux jours plus tard, après avoir pris le soin de raconter sa petite expérience dans les toilettes, n'arrangeait rien à la situation. Luna était inconsolable. Et l'intégralité du lycée lui en faisait voir de toutes les couleurs, c'était vraiment pas la joie. Limite, j'étais la seule à la soutenir. Je la défendais coûte que coûte, parce qu'elle ne méritait pas qu'on s'acharne sur elle. C'était ma sœur, merde ! Et voilà où ça m'avait conduit... Dans le bureau du principal. « Mademoiselle Andros, je sais que vous avez des circonstances atténuantes, mais je suis obligé de faire de votre cas un exemple. Je ne peux pas tolérer une quelconque violence dans mon établissement. » « Mais il l'avait mérité ! » Ouais, j'avais envoyé mon poing dans le nez d'un mec de terminale qui avait mal parlé à Luna, et il s'était retrouvé aux urgences. Bien fait pour sa gueule. « Je ne veux rien savoir, mademoiselle ! Votre attitude est inacceptable. » Ok, donc il voulait vraiment me mettre hors de moi, en fait ? D'un bond, sans réfléchir, je m'étais levée et penchée par dessus le bureau, mon index pointé vers le proviseur, à quelques centimètres seulement de son gros visage d'abruti diplômé aimant contrôler son petit monde sans trop se mouiller. « Inacceptable ? Vous vous fichez de moi ? Et vous croyez que ça l'est, acceptable, ce que tous ces emmerdeurs font subir à ma sœur ? Violence psychologique, ça vous dit rien ? Vous cautionnez, donc...? » Je n'avais pas l'habitude de m'emporter, encore moins contre quelqu'un à la tête de hautes fonctions. Mais là, ça ne pouvait juste plus durer. J'essayais de continuer mon petit train de vie, j'avais gardé quelques amis, et je sortais de temps en temps. Je jouais juste les justiciers dans les couloirs du lycée, quand quelqu'un s'attaquait à Luna trop ouvertement. J'avais beau être un peu la diva de l'établissement, le fait était si incroyable que personne ne s'en lassait. Les murmures allaient bon train, et les sifflements devenaient purement insupportables à chaque fois qu'on allait d'une classe à l'autre. Mais là, ce type avait vraiment abusé. « Vous serez collée deux heures tous les mercredis jusqu'à la fin du mois. Je suis désolé mademoiselle, mais je ne peux pas être plus clément. » La bonne blague. Il était pas désolé du tout. Et en plus, il esquivait la question de manière pas vraiment subtile. Mais franchement, je m'en fichais, de devoir supporter des heures de colle. C'était pour la bonne cause. Je n'écoutais même plus ce que disait le principal, je m'en foutais royalement. Sermons à la noix, menaces en l'air, ça ne m'intéressait absolument pas. Seule Luna réussit à me sortir de mon état semi-comateux. « Allez viens, on y va. » Luna s'était levée, et m'attendait près de la porte. Peut-être que les autres allaient finir par en avoir marre, de cette histoire. Les vacances allaient sûrement les aider à passer à autre chose. J'étais persuadée que lors de notre rentrée en terminale, plus personne ne se souviendrait de ces mois de moqueries de mauvais goût. Je l'espérais, du moins.




Dernière édition par Dana S. Andros le Mer 27 Juin - 15:31, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Dana S. Andros

→ MOOD. : Dégoutée d'être dans cette ville de dérangés du bocal
→ NOMBRE DE BLABLAS : : 18
→ A PRIS GOÛT A LA VIE LE : : 21/06/2012
→ LOCALISATION : Jerrytown, tête de noeud !
MessageSujet: Re: dana ◇ 'cause your friends, they look good, but you look better   Jeu 21 Juin - 21:12





ϟ jerrytown.

CHAPITRE 7 - THE CITY - ED SHEERAN
Cela faisait à peine quelques jours que nous avions débarqué dans cette ville pourrie, et voilà que mon père commençait déjà à trainer avec une grande blonde peroxydée. Mais c'était quoi, cette blague ? Si c'est une caméra cachée, c'est pas drôle, et sortez de votre planque ! Sérieux, c'est quoi ce délire ? Déjà qu'on a du tout quitter à cause des coucheries de Luna... C'est vrai qu'elle était devenue la risée du lycée, et qu'elle en prenait plein la tronche tous les jours. Je peux comprendre que ça n'aie pas été facile pour elle, vraiment. Mais de là à déménager à Jerrytown, à l'autre bout de la planète, en changeant carrément de continent, faut pas dépasser les bornes des limites, Maurice ! Je me rappelle de notre père, qui était venu nous voir un soir, la bouche en cœur, alors que je regardais tranquillement un film avec Luna. « Les filles, nous déménageons ! » « Et... On va où ? » « A Jerrytown ! » Choquée. Il a essayé de nous faire gober qu'on partait parce que son entreprise allait se développer en Amérique et qu'il devait s'occuper de tout sur place, blablabla. Mais je suis pas dupe, et il était clair qu'on partait à cause de Luna. J'allais devoir tout quitter, ma ville, mes amis, même ma langue, tout. J'allais même devoir subir des cours intensifs d'anglais, pour avoir un excellent niveau avant la rentrée des classes et ne pas être trop paumée en cours. Pour un an, en plus. Un an de lycée à se farcir, et on était enfin libres, on aurait pu aller à la fac n'importe où dans le monde, là où on en avait envie. Et quand bien même, si Luna voulait changer de lycée, pourquoi j'étais obligée d'en pâtir aussi ? C'est vrai, quoi, des lycées il y en a pas mal, à Venise. Mais non, du coup on débarquait dans une ville de dégénérés, au nom stupide, et avec un chat comme mascotte. Paye le truc. Heureusement, on a une baraque de fou. Mais bon, j'avais quand même du mal à avaler ce départ précipité, et ma relation avec ma sœur en a largement souffert, la prenant pour responsable. C'est vrai que depuis, je n'ai pas vraiment été tendre avec elle, mais elle me le rendais bien aussi, alors... Et avec l'autre blonde qui en rajoute une couche, là, pompon ! « Les filles, vous voulez sortir faire du shopping ? » « J'ai des trucs à faire. » « Avec toi, non. » Bim, dans sa face. Elle se prenait pour qui ? Notre mère ? On l'avait jamais connue, notre mère, mais j'étais certaine qu'elle était bien mieux sous tous aspects que cette blondasse. C'est vrai que c'était parfois difficile, de ne pas avoir de maman, on se moquait un peu de nous quand nous étions petites. Les enfants ne se rendent pas souvent compte à quel point ils peuvent être blessants, quand il s'y mettent. Déjà qu'elle nous manquait... Je pense même qu'elle manquait plus à Luna qu'à moi, même si c'est assez horrible à dire. Notre père a par contre toujours été la pour ma sœur et moi, et a toujours tout fait pour nous rendre les plus heureuses possibles. Un papa en or, vraiment. En tout cas, on avait pas besoin d'une fausse maman de substitution. On se devait d'être gentilles avec elle, mais je la voyais plus comme la poupée de mon père qu'autre chose. A vrai dire, je m'en fichais un peu, d'elle. Elle vivait sous le même toit que nous, mais la maison était grande, alors ce n'était pas bien difficile de l'éviter. Je crois que même Luna n'arrivait pas à la saquer. C'était bien ma sœur, ça ! Même si on s'envoyait des piques à longueur de journée, et qu'on faisait semblant de se détester, au fond, je l'aimais. Même si on devait supporter une nouvelle vie dans une ville moisie, on n'avait pas besoin d'une nana décolorée. On était les Andros, et on se débrouillait très bien tous seuls.

CHAPITRE 8 - SOMEBODY THAT I USED TO KNOW - GOTYE
J'étais affalée sur le canapé, terminant tranquillement de broder un écusson sur un vieux pull. D'habitude, plutôt que de faire une sorte de récup en transformant un peu d'anciens vêtements, je préférais acheter de nouvelles fringues, ou alors en créer carrément d'autres de toutes pièces. C'était rare que je customise les choses. Mais ce pull était un de mes préférés, à Venise, et papa m'avais dit que maman aurait adoré cette couleur parme. Je ne pouvais pas m'en séparer à cause de cette valeur sentimentale, mais bon, il avait mauvaise mine, uni comme ça, et nécessitait un coup de jeune. Bref, je terminais donc de broder l'écusson, quand j'entendis la porte d'entrée couiner, comme si quelqu'un avait prit soin de l'ouvrir et la fermer avec le plus de délicatesse possible pour qu'on ne l'entende pas, mais que le plan avait misérablement planté, nouveauté des gonds oblige. « Luna ? » Je ne savais même pas pourquoi je posais la question. C'était forcément elle, vu l'heure. « Luna, t'étais où ? » « Qu'est-ce que ça peut te faire ? » Je lâchais mes petites affaires, et suivis ma sœur dans l'escalier, menant à nos chambres. C'est fou ce qu'elle grimpait les marches vite, quand elle voulait. « Toujours aussi aimable, à ce que je vois. » « Fous moi la paix, Dana, tu veux ? » Au moins, elle s'était retournée vers moi. Ses yeux étaient rougis, et elle avait de légères marques noires sur les pommettes, comme si son mascara avait coulé et qu'elle avait du frotter un bon moment pour l'enlever. Mais il restait toujours quelques traces, avec ces foutus mascaras. Après tout, ce n'est pas pour rien qu'on a inventé le démaquillant. « T'as pleuré ? » « Bravo, Sherlock ! On se demande pourquoi, hein. » Et voilà que j'allais m'en prendre plein la tronche. C'était elle qui était sortie, qui avait chialé je-ne-sais-où à cause de notre déménagement qu'elle avait accessoirement causé, et c'est moi qui allait me faire engueuler. La bonne blague. « Je te signale que si on est dans cette ville de cinglés, c'est ta faute, espèce de catin ! Alors tu te calmes, et tu me dis où t'étais à une heure pareille. De toute manière, je vais pas te lâcher jusqu'à ce que tu craches le morceau, sœurette. » Ça faisait une paye que je l'avais pas appelée sœurette. Et ça avait l'air de l'étonner aussi, vu les gros yeux qu'elle faisait. « Au parc. Contente ? » « Très. » Ça ne servait à rien de continuer à l'interroger, elle allait encore bouder et gueuler, et j'avais vraiment pas envie de l'entendre pleurnicher. Certes, j'aurais aimé en savoir plus. Luna restait ma sœur, et je n'aimais pas la voir pleurer, ni même savoir qu'elle avait laissé ses larmes couler, même si je me gardais bien de lui montrer. Soupirant, je me dirigeai vers ma chambre. Luna m'avait bien évidemment claqué la porte au nez, comme d'habitude. A croire qu'elle avait oublié comment se servir d'une poignée. Je ne sursautait même plus, maintenant. A force... Enfin bref, demain allait être mon premier jour au lycée de Jerrytown, et il fallait que je me repose un peu. J'essaierai de faire parler Luna un peu plus tard, en rentrant, même s'il y avait des chances pour qu'elle m'évite encore. Le temps où l'on était unies comme les doigts de la main me semblait vraiment bien lointain.

CHAPITRE 9 - TELL ME A LIE - ONE DIRECTION
C'était le grand jour. J'entrais au lycée de Jerrytown. Pour être honnête, je n'aurais pas pu rêver mieux question accueil. Toute la ville avait du se passer le mot, et j'étais un peu l'attraction de la journée. J'avais pas fait dans la simplicité, évidemment, arrivant en grande trombe avec ma jolie petite voiture. Certes, ce n'était pas un cabriolet super branché comme dans les téléfilms américains cuculs, mais ma voiture avait le mérite d'être colorée et très mignonne. Le violet de ma carrosserie tranchait pas mal au milieu de tout ce gris aluminium, et au moins j'allais pas galérer pour retrouver ma voiture à la fin des cours. Ouais, j'avoue, d'habitude j'ai un peu de mal à mémoriser l'emplacement dans le parking, même quand il y a les numéros au sol. Je les retiens jamais. Et même quand je les note quelque part, j'oublie où. Enfin bref, au moins, on me remarquait, c'était un bon début. Pourtant, personne ne venait me parler, c'était assez frustrant. On me regardait, parfois de travers, on chuchotait sur mon passage, mais rien, personne ne faisait le premier pas vers moi. Pff, quelles mauviettes ces Jerrytowniens ! Même pas capable d'adresser deux mots à une nouvelle. « Eh, salut ! » « Salut. » Un mec avait enfin osé m'aborder. Super décontracté, malgré sa coiffure (ou non-coiffure) qui défiait toutes lois physiques de gravité, et qui à sa place m'aurait empêchée de sortir de ma chambre. Vous voyez le genre. « Tu te souviens de moi ? On s'est vus, hier soir, au parc. » Alors comme ça, Luna avait rencontré un mec, au parc. Elle ne perdait pas une minute, hein. Ils iraient bien ensemble, tiens ! Non pas spécialement physiquement, parce que ça voudrait principalement dire que moi aussi, j'irais bien avec ce mec, mais plutôt parce qu'il avait l'air quelque peu cinglé sur les bords. Un peu comme ma sœur, en fait. « Ah, oui... C'est vrai. Désolée, je t'avais pas reconnu. » Évidemment, que je l'avais pas reconnu, c'était la première fois que je le voyais. Mais bon, il avait l'air assez sympa, plutôt populaire, et pas trop mal. Pour une fois que Luna m'était utile à quelque chose, j'allais pas me priver. « Il y a pas de mal. Au fait, tu ne m'avais pas dit ton nom. Moi, c'est Sid ! » Grand sourire, et tout le toutim. Gentil comme tout. Si c'était pas meugnon, tout ça ! « Dana. Enchantée. » Il s'avéra qu'en plus, Sid et moi, nous étions dans la même classe. C'était presque inespéré, j'avais l'impression d'avoir un ami ici, à Jerrytown, dès mon premier jour de classe. Alors même si on me regardait comme si j'étais une extra-terrestre à la peau fluorescente et vêtue d'une combinaison en latex, j'étais quelque peu acceptée, et c'était plutôt un bon point. Tout le monde savait qui j'étais en l'espace de quelques heures. A ce rythme là, j'allais vite devenir la petite princesse de Jerrytown. En fait, cette ville n'était peut être pas si pourrie que ça... Non, je joke, rêvez pas !

CHAPITRE 10 - I GOT U - SELENA GOMEZ & THE SCENE
Après vint-cinq bonnes minutes pendue au téléphone, j'avais enfin convaincu Sid de m'accompagner faire du shopping. Il avait tardé à accepté, à cause de son mec qui trouvait qu'il passait trop de temps avec moi, mais au final, il avait craqué, comme d'habitude. Personne ne disait jamais non à Dana Andros. Si en plus j'avais une occasion d'emmerder VDM, j'allais pas me priver. Et encore, là, je mes plus beaux sourires n'avaient été d'aucun recours, seul mon talent de persuasion avait joué en ma faveur. Bref. On s'était donné rendez-vous au parc, pas très loin de chez moi, pour qu'il vienne me chercher en voiture et qu'on parte jusqu'au centre commercial. Je n'avais pas tenté le diable en lui proposant de carrément venir me chercher à la maison, où il aurait pu croiser Luna. Mieux valait se la jouer assez discret pour le moment. Bref, on est partis faire du shopping, passant de magasin en magasin. J'avoue, je m'amusais comme une petite folle, essayant à peu près tout et n'importe quoi, parfois même simplement pour faire rire mon ami. Et qu'importe ce que j'essayais, il me disait que j'étais belle. Mais pas comme les autres garçons, qui disent ça juste pour profiter de moi et de ma popularité, ou simplement pour se faire bien voir. Non, je voyais dans les yeux de Sid qu'il était sincère, vraiment. Ce mec était vraiment trognon ! Et était aussi sérieusement pratique pour porter tous mes sacs. Il acceptait sans broncher, et me suivait comme un petit chien entre les rayonnages. Au bout d'un moment, après avoir dépensé quelques centaines de dollars en fringues que je ne porterais certainement jamais, j'ai poussé Sid dans un magasin de chaussures. Pour homme. Ça avait l'air de le surprendre, d'ailleurs, après toute une après-midi dans des boutiques de prêt-à-porter féminin. Mais il méritait bien un cadeau, un récompense. Quelque chose, quoi. Et puis, j'en avais un peu marre de ses vieilles Converse bousillées de partout, il méritait quelque chose de plus sympa, et en meilleur état. Sid n'avait pas tardé à faire son choix, tout ému. De grosses Nike bleues. Si elles lui plaisaient, après tout... Enfin bref, on est repartis, et j'ai acheté encore quelques trucs. Après quatre heures de shopping intensif, j'étais véritablement morte, et j'avais les pieds en feu. Galoper de la sorte perchée sur des talons -même pas des compensées, hein !- de treize centimètres m'avait exténuée, même si je n'allais pas me plaindre pour autant. Sid avait voulu me ramener à la maison. Comment refuser ? Même si Luna était à quelques mètres... On réussirait certainement à l'éviter, non ? Elle devait encore chialer dans sa chambre, histoire de varier ses passe-temps. Parfois, j'en venais à me demander combien de litres d'eau elle devait avaler chaque jour pour pouvoir pleurer autant. Sid se gara dans l'allée, juste derrière la belle voiture de fonction de mon père. D'un rapide coup d'œil, je scrutais la fenêtre de Luna. La voie était libre. « Tu te dépêches oui ? » Pitié, qu'on se fasse pas prendre ! Une fois entrés dans la maison, je l'attrapais par le poignet, et le tirais vivement vers ma chambre, passant à toute vitesse devant la porte de celle de ma sœur. Apparemment, personne n'avait fait gaffe à mon entrée. Même mon père, avait l'air d'en avoir rien à faire. Il n'y en avait que pour Luna, de toute façon. Je refermais la porte d'un coup sec, et m'étalais en soupirant sur le lit, ôtant mes chaussures. Sid semblait particulièrement surpris par la déco. A croire qu'il s'attendait à ce que ma chambre ressemble au château de Cendrillon, ou un truc du style. Un truc de princesse, avec du rose partout et des petites fleurs. Ahah, raté ! Je préférais les teintes chaudes, et les motifs ethniques. C'était beaucoup plus chaleureux que l'univers aseptisé des contes de fées. « Fais comme chez toi. » J'ai lancé un sourire à mon ami, et ai plongé sous le lit à la recherche de ma bouteille de soda. J'en gardais toujours une là, histoire d'avoir une réserve au cas où Luna, qui restait à la maison toute la journée, s'enfilerait toutes celles du frigo juste pour me faire rager. Je pris une bonne gorgée, puis lâchais un énorme rot. J'étais championne dans ce domaine, ce qui avait toujours fait marrer ma sœur. Faut pas se fier aux apparences. Je savais qui ça allait faire marrer mon ami, et ça n'a pas manqué. On a éclaté de rire tous les deux. « J'ai un cadeau pour toi. » Je lui avais préparé ça il y a quelques temps déjà, mais j'attendais qu'il vienne à la maison pour le lui donner. En plein milieu du couloir, ça n'aurait pas été top. J'aurais été obligée de répondre à tout un tas de questions, d'expliquer que OUI, je savais me servir d'une machine à coudre, et qu'en prime OUI, j'adorais ça. Bref. J'ai farfouillé entre les tissus pendant quelques secondes avant de le trouver. Un t-shirt noir, col V, tout simple. J'avais juste apposé un I LOVE JERRYTOWN AND TOM dans le dos. J'avais beau détester cette ville, je savais que Sid l'adorait. Et Sid était mon ami, alors... Et puis, ce n'était pas comme si j'allais devoir le porter moi-même. Il semblait vraiment touché, et du coup, je l'étais aussi, forcément. Je le pris dans mes bras et murmurais « Tu es un ami formidable Sidounet... » Et voilà qu'il pleurait. C'était le genre de truc qui aurait pu me mettre hors de moi, ça me rappelait tellement Luna... Mais non, j'étais tellement bien, avec mon ami dans les bras, que j'aurais pu ne pas le lâcher pendant encore un moment. Cela faisait tellement longtemps que je n'avais pas été proche de quelqu'un comme ça, de manière aussi sincère. C'était si agréable, de se sentir apprécié pour ce que l'on est véritablement...

CHAPITRE 11 - THE KIDS FROM YESTERDAY - MY CHEMICAL ROMANCE
Mathématiques. Je m'étais ruée hors de la salle dès que la sonnerie avait retenti. S'il y avait bien une matière que je détestais plus que les autres, c'était bien celle-là. Bref. J'étais sortie en vitesse, et avais pris mon livre d'histoire pour le cours suivant. Tandis que je me dirigeais bien tranquillement vers la salle H24, je la vis. Impossible de la rater. Impossible de ne pas la reconnaitre. Comme il est impossible de ne pas reconnaitre son reflet dans le miroir. En deux petits pas pressés, talons hauts oblige, je me retrouvais à ses côtés. « Qu'est-ce que tu fous là toi ?! » Non mais c'était une blague ? Elle était pas censée prendre des cours à la maison ? Ça lui suffisait d'avoir brisé ma vie, fallait qu'elle remette ça ? « Bonjour à toi aussi Dana... » Et elle a fermé son casier, comme si de rien n'était. On aura tout vu. « Je me prend en main et je commence mon année de terminale. » Misère. Donc, elle voulait vraiment m'emmerder. Ça devait être ça, le nouveau but dans sa vie. Comment faire chier Dana en 10 leçons. Quoique, elle n'en avait pas besoin de dix. Deux, c'était largement suffisant, pour elle. « Hey Dana ! Tu - » Et voilà qu'un mec de ma classe de littérature nous avait vues toutes les deux, ensemble. « Houla, j'ai raté un épisode je crois... » J'allais être obligée d'expliquer à tout le monde qui elle était. Parce qu'évidemment, je n'avais parlé de Luna à personne. A quoi bon ? Elle devait rester à la maison. Ça ne servait à rien que je raconte toute notre enfance. D'ailleurs, j'avais l'impression que la période où on était proches, toutes les deux, remontaient à des siècles entiers. C'était tellement loin... Comme dans un rêve. « C'est ma sœur... Luna... » J'étais bien partie pour devoir répondre à des millions de questions. Luna. Il n'allait encore y en avoir que pour elle. Déjà que depuis ses coucheries, papa ne s'intéressait plus qu'à sa petite Luna... Maintenant, elle allait devenir l'attraction du lycée. Histoire de bien me briser. « C'est cool ça ! » Cool ? Je faillis m'étrangler. Cool. Ouais, ça l'était, quand on avait huit ans. Depuis, ma sœur s'est retournée contre moi, et a décidé de faire de ma vie un enfer. Cool... Ça a toujours été moi, la plus cool des deux. Et je n'allais pas lui laisser ma place comme ça, sans protester. « Cool ? Se faire sauter dans les chiottes de son lycée alors qu'on est encore vierge, c'est pas ce qui rend quelqu'un de cool ! » Eh merde. J'avais pas réfléchi. Bon, j'avoue, je m'en voulais un peu. Mais elle l'avait cherché, non ? Et puis, j'étais prise au dépourvu... « Vous parlez de qui ? » Re-merde. Sid. Il ne manquait plus que ça. Et voilà que Luna commençait à pleurer et à faire son cinéma. Bon dieu, j'en pouvais plus, de cette fille. A croire qu'elle le faisait exprès. « Pourquoi tu... » Oh mais c'était pas possible, ça ! En plus, elle n'arrivait jamais à terminer une phrase, ce qui avait sérieusement le don de m'agacer. Tout le monde allait finir par le savoir, de toute manière ! « OH MERDE LA FERME LUNA ! Tu vas pas commencer à chialer hein ? » Luna, miss courage, s'enfuyait à grande enjambées. Oh et puis tant pis, bon débarras ! Je n'allais même pas essayer de la rattraper. De toute manière, elle ne voudrait pas m'adresser la parole, après ma -grosse- bourde. Et puis, il y avait Sid, qui était là, et qui nous regardait étrangement. « C'était elle au parc, c'est ça ? C'était pas toi ? » Et voilà que l'autre VDM faisait son apparition, derrière Sid comme un ange gardien. Déjà que je l'aimais pas, celui là... « Sid ! Reste ! Tu vas pas faire la gueule que pour ça quand même ? » Ce devait être la pire journée de cours de toute ma vie. Limite, j'aurais préféré rester en maths pendant encore deux, voire trois heures, et que tout ça ne soit jamais arrivé. « Je ne veux plus rien avoir à faire avec toi. Menteuse. » C'était fini, je le savais. Je restais seule, au milieu du couloir, Sid s'éloignant de moi. Rien ne servait de le suivre, il était déjà loin. J'avais l'impression que tout le lycée était là, à me fixer. Je voulais m'enfuir loin, aller rejoindre Peter Pan à Neverland. Avec toute la dignité qui me restait, je partis lentement, décidée à rentrer à la maison. Vie de merde, va ! J'en pleurais, même. Or, d'habitude, je laissais à Luna le soin d'émouvoir l'assistance par ses larmes. Mais là, j'en pouvais vraiment plus.

CHAPITRE 12 - APOLOGIZE - ONE REPUBLIC
Il pleuvait des cordes. C'était bien ma veine, ça ! En plus de devoir traverser la ville à pieds, situation dramatique oblige, d'aller m'excuser auprès d'un mec, ce qui était bien la première fois, il fallait que je me tape la pluie. J'avais donc marché, marché, marché perchée sur mes talons, manquant de me tordre la cheville deux fois. Au bout de la troisième, je décidais d'enlever mes précieux escarpins, que je ne remettrais qu'une fois sur le perron. Et bim ! Un ongle cassé, un ! Si avec tout ça, Sid ne me pardonnait pas, je risquais de plutôt mal le prendre. Plus que quelques mètres. Heureusement que j'étais déjà allée chez lui, pour lui donner les devoirs. J'aurais bien galéré à trouver son adresse, sinon. Ça n'aurait pas été cet abruti prétentieux de Maxwell qui m'aurait aidée. Mais j'y étais. Je gelais sur place, je galérais à enfiler mes chaussures, et mes cheveux ruisselaient. Tous ces sacrifices pour un mec, gay qui plus est. Parfois, je ne me comprenais plus moi-même. Dommage, ce n'était pas Sid qui m'ouvrit, mais sa petite sœur Manie. Dans un sens, ce n'était peut être pas plus mal. Elle n'allait tout de même pas me claquer la porte au nez, si ? « Salut Manie ! Sid est là, s'il te plait ? » « Ouais, mais pas sûr qu'il veuille te parler. » Quelle adorable enfant, vraiment. Je me contentais de lui adresser un petit sourire. C'était mieux que rien. Mais ça ne lui a pas empêché de me refermer la porte dessus, me laissant dehors à me tremper. Un peu plus ou un peu moins... Finalement, la porte s'ouvrit de nouveau. « Sid ! Enfin ! » Je tentais de me rapprocher de lui, de lui faire ne serais-ce qu'un petit câlin de rien du tout. J'avais seulement besoin d'un peu de réconfort. Il m'était impossible d'en trouver ici, à Jerrytown. Ville pourrie. Sid était mon seul véritable ami, le seul en qui j'avais confiance. Je ne pouvais plus compter que sur lui. Luna et moi, c'était la guerre à cause de ce foutu déménagement, mon père passait tout son temps à consoler ma sœur et me laissait constamment de côté, et j'aurais préféré mourir que m'abaisser à chercher la compassion de ma belle mère décolorée. Mais Sid recula, une mine dégoutée imprimée sur le visage. « Tu... Tu me fais la gueule ? » « Non, tu crois ? » La réponse ne s'était pas faite attendre. J'étais sur le cul, vraiment. Primo, personne ne parlait à Dana Andros de la sorte. Secundo, j'avais l'impression que quelque chose s'était détruit brusquement. Un peu comme quand on brise un vieux vase tout moche, qu'on se transmet de génération en génération. Tout le monde s'en fout, de ce vase, il n'a aucune importance... Jusqu'à ce qu'il soit cassé. Et qu'on le regrette. « Tu déconnes, Sid ? Je suis venue à pieds jusqu'ici pour tout arranger, mon brushing est foutu, je me suis cassé un ongle, et toi, TOI tu me fais encore la gueule ? » Je fulminais intérieurement. Ça valait bien la peine, tiens. « Tu m'as menti. » Et il allait en faire tout un drame ? C'est bon, faut pas abuser, non plus... C'était pas méchant, hein. J'ai juste pris la place de ma jumelle à qui il avait parlé dix minutes à tout casser. Alors que nous, on était super proches depuis un bon mois. Il voulait vraiment tout détruire comme ça ? « NON ! Enfin si ! Mais après tout, on est amis, non ? » Je sentais que Sid n'allait pas bien du tout. Qu'il refoulait ses larmes. J'avais vu Luna réprimer ses pleurs tellement de fois que je savais exactement le repérer, maintenant. Pitié, faites qu'il ne pleure pas. Ça serait vraiment trop dur. « Non... » Ça avait le mérite d'être clair. Je me décomposais sur place. Il ne fallut qu'un quart de seconde avant de sentir de fines trainées humides le long de mes joues. « Mais... mais tu es... tu es mon... ami. » Il n'avait pas le droit de me faire ça. De me faire souffrir comme ça. En prime, il m'ouvrait la porte, ce qui signifiait un bon gros "DÉGAGE !". Instinctivement, je l'attrapais par la taille, fermant mes yeux au maximum, toujours continuant de pleurer. « NON TU NE VAS PAS ME LAISSER TOUTE SEULE ! » Ce devait être un mauvais rêve, et je finirais bien par me réveiller. Il fallait juste que je le veuille vraiment de tout mon cœur. Réveille toi, réveille toi, réveille toi Dana ! « LÂCHE MOI DANA ! » « NON ! » Je devais définitivement avoir l'air d'une pauvre petite chose, dégoulinante à cause de la pluie, et pleurant à chaudes larmes. Mais ça n'empêcha pas Sid de se débattre pour que je lâche prise, et pour pouvoir enfin me mettre dehors. « Tu n'es plus mon amie ! Au fond tu ne l'as jamais été, et tu sais pourquoi ? PARCE QUE TU N'ES QU'UN MENSONGE ! » Le choc, j'vous jure. Sid me claqua la porte au nez, m'abandonnant sur le perron. Sans même réfléchir, je m'effondrais, et restais là à pleurer, pendant au moins cinq bonnes minutes. Rien ne serait plus jamais comme avant. J'avais perdu ma sœur, perdu mon meilleur ami, et même si je restais assez populaire au lycée, j'étais la garce de service. Mon petit monde de princesse se désagrégeait, petit bout par petit bout, comme un tableau qu'on oublie de restaurer et qui perd des petits bouts de peinture jusqu'à ce qu'on ne discerne même plus le dessin originel. Je devenais une coquille vide, en somme, même si j'essayais de faire bonne figure. Péniblement, je me levais et repris le chemin vers la maison. Ma belle mère allait m'assaillir de questions, avec sa voix doucereuse, tandis que papa s'occuperait de Luna, qui ne devait pas s'être remise de la révélation de ses coucheries. Si seulement maman était là...

CHAPITRE 13 - GIVES YOU HELL - THE ALL AMERICAN REJECTS
Qu'est-ce qu'il fichait là, lui ? Posté devant mon casier, comme s'il m'attendait. Ce mec était vraiment impossible. « Mais pousse toi, gros balourd, tu me bloques l'accès à mon casier ! » Évidemment, il s'adossa allègrement contre la porte, me rendant l'accès impossible. J'avais des bouquins à prendre pour le prochain cours, oh ! Si jamais j'arrivais à la bourre à cause de ses conneries... « Bonjour à toi aussi, Dana ! Je vais très bien, merci de t'inquiéter ! Oh, tu veux faire le devoir de chimie à ma place ? C'est trop gentil ! » Je soupirais. A croire qu'il avait décidé de pourrir ma journée. Il devrait se liguer avec Luna, tiens ! Le club des emmerdeurs de service, ça leur irait vachement bien. Le plus bizarre, c'était que parfois, ça se passait plutôt bien, avec VDM. Rarement, certes, mais quand même. Faut dire que je faisais des efforts un peu pour Sid. « T'es vraiment impossible, VDM. MOVE ON. Sinon je donnerai un sens à tes initiales, tu sais que j'en suis capable... » Un sourire maléfique se dessina sur mes lèvres. Ça m'amuserait tellement, de lui mettre la honte en plein milieu du couloir ! Malheureusement pour moi, Dorryan ne faisait jamais rien de travers. A croire que c'était le garçon parfait à qui il n'arrivait jamais rien. C'était le mec normal de base, quoique gay et super intello. Mais d'un côté je sentais qu'il avait un peu peur de moi. Il faisait semblant de me trouver inoffensive, et en rajoutait une couche dès qu'il en avait l'occasion, mais j'étais persuadée qu'au fond de lui, il savait que j'étais capable de le surpasser dans bien des domaines. La guerre ? Peut-être bien. On était en perpétuelle compétition. Toujours à vouloir faire mieux que l'autre, à le rabaisser le plus possible. J'excellais dans mon domaine, et je dois avouer qu'il ne se débrouillait pas trop mal non plus, dans son genre. Il avait de la répartie, et c'était encore plus drôle de rebondir. D'un côté, toutes ces chamailleries me manqueraient presque, si elles venaient à cesser du jour au lendemain. Quoique, non. Faut pas abuser non plus. Il me fait rire, VDM, quand même. Je ne l'avouerais jamais publiquement, mais c'est très divertissant, de discuter -ou plutôt s'envoyer des piques- avec lui. On agace tout le monde, avec nos histoires pas très discrètes, mais personnellement, je m'en balance pas mal. Un jour, je réussirais à lui prouver que je le bats à plate couture, et que je suis pas la nana superficielle et garce pour laquelle il me fait passer, non mais oh !




Dernière édition par Dana S. Andros le Mer 27 Juin - 15:38, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Pandora Y. Thorne

→ MOOD. : j'ai envie de brûler jerry, 'fin, j'dis ça, j'dis rien moi.
→ NOMBRE DE BLABLAS : : 96
→ A PRIS GOÛT A LA VIE LE : : 09/04/2012
→ LOCALISATION : jerrytown, bande de moules.
MessageSujet: Re: dana ◇ 'cause your friends, they look good, but you look better   Jeu 21 Juin - 21:37

BIENVENUE :vdm:
Revenir en haut Aller en bas
http://petite-copine.tumblr.com
avatar
V. Dorryan Maxwell
Admin

→ MOOD. : j'aime la sauce tomate. Puis je suis heureux. J'suis toujours heureux, oooh une licorne rose à pois bleus ! Attends petite licorne, atteeeends !
→ NOMBRE DE BLABLAS : : 594
→ A PRIS GOÛT A LA VIE LE : : 11/03/2012
→ LOCALISATION : Derrière toi. Fais Gaffe je suis armé.
MessageSujet: Re: dana ◇ 'cause your friends, they look good, but you look better   Ven 22 Juin - 15:06

DANAAAAAAAAAAAAAAAAAA !

Ma future meuf qui pour l'instant me déteste. je suis mort de rire JE TE KIFFE A MORT SA RACE DEJA !
Et oui, à mort les oranges. je te lèche le chato

DEMANDE MOI CE QUE TU VEUX JE SUIS A TES PIEDS viens dans mon lit. je cours ou pas Dex sur Sparrow ouais, je suis norma gufijkdbspgimqv yoh bébé. CHOUCROUTE HAAAAN Les yeux de Jerry on baise j\'suis un BG NIAAAAH IN LOVE HEUM loooove ihaaaa ** PQQQQQQ pipi :ronde: :baise: :woow: :bounce: :haan: :vdm:

________________________________________________


Revenir en haut Aller en bas
http://not-empty.tumblr.com/
avatar
Sid Massachussette
Admin

→ MOOD. : comme un âne !
→ NOMBRE DE BLABLAS : : 446
→ A PRIS GOÛT A LA VIE LE : : 18/03/2012
→ LOCALISATION : Jerrytown babay !
MessageSujet: Re: dana ◇ 'cause your friends, they look good, but you look better   Ven 22 Juin - 16:06

VDM fuck you
DANAAAAAAAAA MON AMIE DIABOLIQUE QUE J'AIME TAAAAAAAAAAAANT !
Tu roxes du poney héhé ! T'es qui sur chatta ? Les yeux de Jerry
Et si tu veux plus d'info sur la relation entre Sid et Dana, va jeter un coup d'oeil à ma fiche EN SLIP !

________________________________________________

SIDODO ϟ « From the moment I met you, everything changed. » You're messing with my head, that's what you do best, saying there's nothing you won't do to get me to say it. You're impossible to resist but I wouldn't bet your heart on it, it's like i'm finally awake and you're just a beautiful mistake. Je t'aime Dorryan Victor Maxwell.


TEAM CHOUCROUTE:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://grungepunk.tumblr.com/
avatar
Dana S. Andros

→ MOOD. : Dégoutée d'être dans cette ville de dérangés du bocal
→ NOMBRE DE BLABLAS : : 18
→ A PRIS GOÛT A LA VIE LE : : 21/06/2012
→ LOCALISATION : Jerrytown, tête de noeud !
MessageSujet: Re: dana ◇ 'cause your friends, they look good, but you look better   Ven 22 Juin - 18:47

GNAAA, VOUS ROXXEZ DU MOUTON ARC-EN-CIEL :ronde:

Merciii Panda' et moi aussi je vous aime les Choucroutes loooove
(VDM, fais gaffe, je peux me montrer très imaginative, tu sais yoh bébé. )
Sid, j'ai luuuu (d'ailleurs, je me suis marrée toute seule comme une débile durant toute ta fiche), et si ça te gêne pas, je vais sûrement reprendre la sortie shopping dans ma fichounette ^^

Bref, merci les geeens ouais, je suis norma
(pour répondre à la question, je suis Winnie, sur Chatta :p)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
V. Dorryan Maxwell
Admin

→ MOOD. : j'aime la sauce tomate. Puis je suis heureux. J'suis toujours heureux, oooh une licorne rose à pois bleus ! Attends petite licorne, atteeeends !
→ NOMBRE DE BLABLAS : : 594
→ A PRIS GOÛT A LA VIE LE : : 11/03/2012
→ LOCALISATION : Derrière toi. Fais Gaffe je suis armé.
MessageSujet: Re: dana ◇ 'cause your friends, they look good, but you look better   Sam 23 Juin - 1:18

WINNIE MON AMOUUUUUUUUUUUUUUUUUR CHOUCROUTE HAAAAN

________________________________________________


Revenir en haut Aller en bas
http://not-empty.tumblr.com/
avatar
Dana S. Andros

→ MOOD. : Dégoutée d'être dans cette ville de dérangés du bocal
→ NOMBRE DE BLABLAS : : 18
→ A PRIS GOÛT A LA VIE LE : : 21/06/2012
→ LOCALISATION : Jerrytown, tête de noeud !
MessageSujet: Re: dana ◇ 'cause your friends, they look good, but you look better   Dim 24 Juin - 20:47

OH OUIII ! SPARROWCHOU DE MON CŒUUUUUR ! Dex sur Sparrow
(et si là je me suis trompée, c'est juste un peu beaucoup la honte ><)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
V. Dorryan Maxwell
Admin

→ MOOD. : j'aime la sauce tomate. Puis je suis heureux. J'suis toujours heureux, oooh une licorne rose à pois bleus ! Attends petite licorne, atteeeends !
→ NOMBRE DE BLABLAS : : 594
→ A PRIS GOÛT A LA VIE LE : : 11/03/2012
→ LOCALISATION : Derrière toi. Fais Gaffe je suis armé.
MessageSujet: Re: dana ◇ 'cause your friends, they look good, but you look better   Mar 26 Juin - 0:24

tu t'es pas trompée je te lèche le chato

________________________________________________


Revenir en haut Aller en bas
http://not-empty.tumblr.com/
avatar
Jewel-Bird Wargrave
Admin

→ MOOD. : Bizarre. Jerry, c'était quoi les pilules vertes que tu m'as refilé ?
→ NOMBRE DE BLABLAS : : 341
→ A PRIS GOÛT A LA VIE LE : : 11/03/2012
→ LOCALISATION : Je suis à JerryTown.
MessageSujet: Re: dana ◇ 'cause your friends, they look good, but you look better   Mar 26 Juin - 19:03

Bienvenuuuuuuuuue je te lèche le chato

________________________________________________

JEWEL-BIRD. ☂️ It's you, it's you, it's all for you. Everything I do I tell you all the time. Heaven is a place on earth with you. Tell me all the things you wanna do. I heard that you like the bad girls. Honey, is that true? It's better than I ever even knew. They say that the world was built for two. Only worth living if somebody is loving you. Baby now you do. ► hellsangels.


JUST HAVE FUN !:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Dana S. Andros

→ MOOD. : Dégoutée d'être dans cette ville de dérangés du bocal
→ NOMBRE DE BLABLAS : : 18
→ A PRIS GOÛT A LA VIE LE : : 21/06/2012
→ LOCALISATION : Jerrytown, tête de noeud !
MessageSujet: Re: dana ◇ 'cause your friends, they look good, but you look better   Mar 26 Juin - 21:23

Merciiiii loooove
Comment j'aime ton pseudo ! Jewel-Bird, c'est juste... *-*
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Luna Andros

→ MOOD. : au fond du sac
→ NOMBRE DE BLABLAS : : 35
→ A PRIS GOÛT A LA VIE LE : : 20/06/2012
MessageSujet: Re: dana ◇ 'cause your friends, they look good, but you look better   Mer 27 Juin - 16:12

Vivement notre réconciliation parce que je pourrais jamais te détester à longueur de temps je te lèche le chato
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Dana S. Andros

→ MOOD. : Dégoutée d'être dans cette ville de dérangés du bocal
→ NOMBRE DE BLABLAS : : 18
→ A PRIS GOÛT A LA VIE LE : : 21/06/2012
→ LOCALISATION : Jerrytown, tête de noeud !
MessageSujet: Re: dana ◇ 'cause your friends, they look good, but you look better   Mer 27 Juin - 16:53

La même ! Faut que Tom nous rabiboche viiiite CHOUCROUTE HAAAAN
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jewel-Bird Wargrave
Admin

→ MOOD. : Bizarre. Jerry, c'était quoi les pilules vertes que tu m'as refilé ?
→ NOMBRE DE BLABLAS : : 341
→ A PRIS GOÛT A LA VIE LE : : 11/03/2012
→ LOCALISATION : Je suis à JerryTown.
MessageSujet: Re: dana ◇ 'cause your friends, they look good, but you look better   Jeu 28 Juin - 11:26

Dana S. Andros a écrit:
Merciiiii loooove
Comment j'aime ton pseudo ! Jewel-Bird, c'est juste... *-*

Merci Les yeux de Jerry (jotem déjà, toi je suis mort de rire)

________________________________________________

JEWEL-BIRD. ☂️ It's you, it's you, it's all for you. Everything I do I tell you all the time. Heaven is a place on earth with you. Tell me all the things you wanna do. I heard that you like the bad girls. Honey, is that true? It's better than I ever even knew. They say that the world was built for two. Only worth living if somebody is loving you. Baby now you do. ► hellsangels.


JUST HAVE FUN !:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jewel-Bird Wargrave
Admin

→ MOOD. : Bizarre. Jerry, c'était quoi les pilules vertes que tu m'as refilé ?
→ NOMBRE DE BLABLAS : : 341
→ A PRIS GOÛT A LA VIE LE : : 11/03/2012
→ LOCALISATION : Je suis à JerryTown.
MessageSujet: Re: dana ◇ 'cause your friends, they look good, but you look better   Jeu 28 Juin - 11:43

Congratulation, tu es validée !

________________________________________________

JEWEL-BIRD. ☂️ It's you, it's you, it's all for you. Everything I do I tell you all the time. Heaven is a place on earth with you. Tell me all the things you wanna do. I heard that you like the bad girls. Honey, is that true? It's better than I ever even knew. They say that the world was built for two. Only worth living if somebody is loving you. Baby now you do. ► hellsangels.


JUST HAVE FUN !:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: dana ◇ 'cause your friends, they look good, but you look better   

Revenir en haut Aller en bas
 

dana ◇ 'cause your friends, they look good, but you look better

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Friends, we need your feedback
» 1.06 All Good Things Must Come to an End
» 07. It's a new day, a new start, and I'm feeling good!
» 08. That's what friends are for
» Good morning, Ireland ! (23/01/12 à 10h12)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
JERRY GAULAY TRAYFOR :: DIS MOI PAS QUE CE N'EST PAS VRAI ? :: Je suis une bite bonsoir ! :: Bonsoir bite !-